Naissance de la compagnie

Pour comprendre la création de la compagnie et la naissance de notre démarche, il est nécessaire de se pench- er sur le parcours de son co-fondateur : Jean-Baptiste Roybon.

« Avant dentrer à la Manufacture et de cider de devenir comédien, jai exercé le métier déducateur spécialisé. Aller à la rencontre des gens dans les quartiers, écouter leurs histoires et créer du mouvement là où leur vie sem- blait se carencer.

Cette posture découte ma souvent semblée fragile et dérisoire face à la densité des récits de vie. Jessayais dimaginer que jassistais à une représentation pour avoir la bonne distance. Seulement, il me manquait le public avec lequel jaurais pu débattre et par là apphender et livrer les paroles de ces gens comme des histoires aussi singulières quuniverselles et donc nécessaires à la collectivité.

J’ai finalement chande scène” en suivant une formation dans une école de théâtre à Lyon. Jy ai rencontré Basile Lambert, avec lequel nous avons créé un atelier de théâtre pour des personnes aveugles. Puis je suis entré à la Haute Ecole de Tâtre de Suisse Romande, la Manufacture.

La question du traitement de loralité au théâtre est restée au centre de mes préoccupations. Suite à la rencontre avec Véronique Doleyres nous avons créé une forme théâtrale consacrée à linterprétation de la parole recueillie auprès du monde agricole de la région de Grenoble en 2011. Cest à partir de là que mon mémoire sest centré sur lhistoire des formes théâtrales qui se sont intéressées à ce genre de démarche, en particulier celle de Guy Al- loucherie.

Cest ainsi que, pour mon diplôme de fin de cursus en 2012, jai réalisé un solo composé de 14 interviews menées auprès denfants et dadolescents du foyer des Airelles à la Tour-de-Peilz, sur le thème de lamour.

Dans la continuité de ce travail, Véronique et moi avons cidé de créer la Compagnie Kokodyniack pour pour- suivre cette exploration.

De 2012 à 2014 la compagnie a pu mener un projet de recherche sur les anciens employés de lentreprise Golay- Buchel (usine de pierres précieuses qui se trouvait dans les locaux de la Manufacture). Une forme publique : “5, rue Grand-Préfut présene en Juin 2014.
Une captation est disponible suhttp://vimeo.com/105948718  (mot de passe : Buchel)

Durant lane 2015 léquipe reprend son travail en investissant le Tâtre Les Halles de Sierre et se plonge dans lhistoire de ce bâtiment. Linvestigation débute en février pour aboutir à sa forme scénique : “ Des histoires, des halles” en septembre 2015.
Une captation est en cours de montage et sera disponible prochainement. 

L'equipe

Jean-Baptiste Roybon - Comédien, directeur artistique de la Cie Kokodyniack

Dabord éducateur scialisé DEES à Lyon, il décide, après sept ans de pratique, de se former aux arts de la sne en intégrant une école de théâtre à Lyon, la Sne sur Saône. Il y rencontre Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui, qui parrainent cette école, et Salvadora Paras qui est metteur en sne. Après deux ans de formation il entre à la HETSR et obtient son Bachelor de comédien en 2012. Durant sa formation, il ren- contre des metteurs en sne tels que Slava Kokorine, Philippe Saire et Oskar Gomès Mata. Qui lui permettent daffirmer son univers artistique. Lors de la rédaction de son mémoire de Bachelor « le théâtre du vivre ensemble » Jean-Baptiste Roybon rencontre Guy Alloucherie qui travaille en lien avec la parole des gens. Dès lors, il continue à explorer cette voie en travaillant sur la parole des paysans de Grenoble, en compagnie de Véronique Doleyres. En automne 2012, il travaille avec Muriel Imbach sur un texte de Marie Fourquet en qualité de comédien. En 2013, il joue danla pièce de Jean Chollet dans Nathan le Sage de Lessing. Jean-Baptiste Roybon travaille également en tant que technicien de plateau à La Manufacture-HETSR, et se perfectionne dans ce domaine sur Couvre-feu de Gabiliy mise en sne par Ludovic Chasaud. Il fonde avec Véronique Doleyres la Cie Kokodyniack, après un projet de recherche missionné à la HETSR en 2013 : comment interpréter la parole des gens sur sne.

 

Véronique Doleyres - Comédienne, co-fondatrice de la Cie Kokodyniack

Véronique Doleyres a travailavec Yann Pugin à Fribourg avant de rentrer à la HETSR. Lors de son cursus scolaire, elle travail avec Jean-Baptiste Roybon sur la parole des gens sur sne en interviewant des paysans de la région de Grenoble. Elle obtient son Bachelor en 2012 et part à Zürich au Schauspielhaus où elle est engagée pour jouer dans Pünktchen und Anton, mis en sne par Philippe Besson. En 2013 elle collabore avec la metteur en sne Muriel Imbach en tant quassistante à la mise en sne, puis joue au Théâtre des Amis à Carouge sous la direction de Raoul Pas- tor. Elle fonde avec Jean-Baptiste Roybon la Cie Kokodyniack, après un projet de recherche missionné par la HETSR en 2013 : comment interpréter la parole des gens sur sne. Parallèlement, elle travaille sur le spectacle pour enfant Le Grand Pour- quoi mis en sne par Muriel Imbach, et joue dans 8 Femmes de Robert Thomas en Suisse romande, mis en sne par Jean-Gabriel Chobaz.

 

Basile Lambert - Comédien

Il découvre la pratique théâtrale en 2000 en intégrant lassociation du Théâtre du Sycomore à Tournon sur Rhône en Ardèche.
Pendant onze années il pourra se produire en France, en Allemagne et au Maroc. Cette expérience va le conduiren 2007 à se former au sein de lécole dart dramatique La Sne sur Saône à Lyon, pendant trois ans.
Il
travaille depuis avec la compagnie Organe théâtre et devient le chanteur du groupe LAffameuse.
Depuis 2013 il collabore avec la compagnie Kokodyniack, bae à Lausanne, qui sinterroge sur la transmission de la parole des gens sur un plateau.

 

 

Alban Kakulya - Photographe, vidéaste, scénariste

Alban Kakulya a commensa carrre de photographe peu après être retourné du Nicaragua où il a travaillé comme éducateur de rue pour les enfants drogués de Managua. Il est ensuite devenu photographe et reporter au sein de lagence Strates à Lausanne. Durant cette période il a réalisé un reportage sur les frontres extérieures de lUnion Euroenne. Travail qui a été exposé dans de nombreux pays et qui a fait lobjet dun livre. Après avoir suivi une formation de journaliste, il réalise dautres reportages dont un sur les mineurs en prison en Amérique Centrale. compensé paune bourse Fulbright pour lensemble de son travail artistique, il part aux Etats-Unis étudier le cinéma. A son retour il travaille comme journaliste de la presse écrite pour des magazines, journaliste radio pour la radio nationale et réalisateur pour la lévision nationale ou des institutions académiques comme lEPFL.

 

Xavier Weissbrodt Ingénieur son

Après un apprentissage en électronique, il change de cap et vient à Lausanne en 2005 pour se former en tant que technicien du son CFMS. En 2009 il reçoit son brevet fédéral de technicien du son et travaille dans différentes catégories (évène- mentiel, concert, mixage, danse et théâtre). De 2011 à 2012, dans le cadre du service civil, il vient à la Manufacture apporter son savoir et aider au bon déroulemendes projets. Cest à ce moment quil rencontre Véronique Doleyres et Jean-Baptiste Roybon et les aide à préparer leur projet de forme théâtrale à partir de témoignages. Pendant cet exercice, Xavier Weissbrodt sinitie à la vidéo et continue à apprendrdès lors. Il découvre une nouvelle façon deffectuer son métier en prenant le son directement chez les gens qui témoignent et gère ce matériau de manière à ce quil soit modelable.